Menu

Une forêt anglaise de haute technologie mesure les conséquences du gaz carbonique

9 mai 2017 - Non classé
Une forêt anglaise de haute technologie mesure les conséquences du gaz carbonique

Un groupe d’expert a élaboré un système avant-gardiste d’observation des effets du gaz carbonique sur les espèces végétales de la forêt anglaise de Mill Halft, dans le Staffordshire. Cette expérience vise à voir s’il serait possible de compenser les proportions atmosphériques de CO2 prévues pour les 500 premières années du 21e siècle avec des végétaux.

Cette initiative est menée par Rob MacKenzie, qui dirige l’institut de recherche forestière Birmingham et enseigne la géographie et les sciences environnementales à l’Université de cette même ville. Appuyé par un groupe d’expert, le système ainsi élaboré est un authentique laboratoire en plein air. Des mâts de 25 cm de haut entourent les arbres qui constituent la forêt et diffusent de grandes doses de gaz carbonique. Toute l’installation est encerclée par une clôture de 3 m de hauteur, avec des tuyaux couleur argent qui circulent parmi les arbres.

Une forêt isolée de toute influence externe

Le gaz carbonique est considéré par certains scientifiques comme un optimiseur de fertilité végétale. La présence accrue de cette molécule dans l’atmosphère favoriserait ainsi son absorption par les arbres. L’intervention d’autres facteurs comme les températures élevées, l’eau ou l’insuffisance de nutriments pourrait toujours restreindre cet effet d’optimisation de croissance. Les experts en charge de ce projet considèrent également que ce système ne pourra pas résoudre le problème des modifications du climat dans son ensemble. Cette première installation est toutefois le premier pas de tout un processus d’expérimentation écologique qui devrait être étendu à d’autres contrées du globe. La progression de cette initiative peut être suivie sur le portail en ligne de l’institut de recherche forestière de Birmingham.

Laisser un commentaire